Information complémentaire

Comment sensibiliser les jeunes à la sextorsion

La sextorsion consiste à forcer des jeunes à transmettre des images à caractère sexuel ou à se livrer à des actes sexuels à la caméra, pour ensuite les faire chanter en les menaçant de diffuser les images ainsi obtenues s’ils refusent de verser une somme d’argent ou d’envoyer d’autres photos ou vidéos de même nature. Les services de vidéo en direct rendent les jeunes encore plus vulnérables à cette forme d’exploitation parce que les jeunes peuvent se faire enregistrer à leur insu et que les images peuvent ensuite servir de moyen de diffuser chantage, avec menace de les diffuser.

Si votre enfant est victime de chantage ou d’extorsion sur Internet, appelez immédiatement votre service de police.

Pourquoi les ados sont-ils vulnérables?

Les ados sont prédisposés à interagir socialement et à créer des liens avec les autres. Leurs décisions sont fortement influencées par leur besoin d’acceptation et d’appartenance. La puberté stimule leur désir d’expérimenter, leur curiosité sexuelle et leur désir sexuel. Ces caractéristiques propres aux ados augmentent leur vulnérabilité à l’exploitation sexuelle.

Risques pour les ados

Sur Internet, des conversations qui, au début, semblent anodines peuvent facilement prendre une tournure sexuelle. Pour des ados, ces conversations peuvent avoir un côté intrigant ou flatteur, si bien qu’ils les poursuivront en pensant qu’ils n’ont rien à craindre. Il arrive même parfois que la jeune personne croie sincèrement être en relation avec son interlocuteur virtuel. Une fois que la conversation se transporte sur un service de clavardage ou de vidéo en direct, l’ado sera souvent appelé à transmettre des photos sans caractère sexuel de lui-même, puis éventuellement des photos le représentant nu ou partiellement nu, voire des images sexuellement explicites. Ces images peuvent ensuite l’exposer au chantage ou à l’extorsion.

Que faire à votre niveau

Discutez avec votre ado des risques associés à l’usage du numérique dans un contexte d’expérimentation sexuelle et de la possibilité qu’il s’expose au chantage ou à l’extorsion. Il est nécessaire d’aborder ces questions avec les ados parce que :

  • Les ados vont souvent céder aux menaces qui leur sont faites sur Internet dans le but de gérer la situation par eux-mêmes.
  • L’évolution rapide d’une situation peut amener un ado à se sentir dépassé par les événements.
  • Les ados sont souvent réticents à chercher de l’aide auprès d’un adulte dans pareille situation parce qu’ils ont honte et qu’ils sont terrifiés à l’idée que les images en cause soient vues par des personnes qu’ils connaissent.
  • Les ados ont besoin que des adultes les accompagnent pour faire face aux situations problématiques qu’ils peuvent rencontrer sur Internet.
  • Les ados ont besoin de se faire proposer des solutions concrètes pour se sortir de situations dangereuses et de comprendre qu’ils peuvent chercher de l’aide auprès d’un adulte.
  • Les adultes ont un devoir d’écoute et de réconfort lorsque les ados commettent des erreurs.

Comment aborder cette problématique avec votre ado

Par exemple :

« Je viens juste de lire un article à propos d’un gars de 15 ans qui s’est fait réclamer de l’argent par quelqu’un sur Internet qui le menace d’envoyer des photos à caractère sexuel de lui à tous ses amis s’il ne paie pas. J’imagine qu’il pensait avoir affaire à une fille de 15 ans et qu’il s’est montré devant sa webcam pour rigoler. Deux jours plus tard, le gars a reçu un message venant d’un homme qui s’était fait passer pour la fille de 15 ans. L’homme lui a fait des menaces en lui disant qu’il lui donnait deux jours pour lui remettre une somme de 250 $ sans quoi il enverrait des photos compromettantes de lui à tous ses amis sur Facebook et Instagram. La police a enquêté sur l’affaire et a découvert que cet homme s’en prenait aussi à 20 autres jeunes et que certains lui avaient envoyé de l’argent. »

Pour d’autres exemples de cas rapportés par les médias, rendez-vous au www.cyberaide.ca/exemplesdesextorsion.

Discutez des façons de se sortir d’une situation difficile, comme bloquer toutes les communications venant de l’individu ou s’abstenir de lui répondre.

Dites-lui que, même si cela peut lui être difficile, sa sécurité vous importe plus que tout. Faites-lui bien comprendre qu’il ne sera jamais trop tard pour vous demander de l’aide.

Commet une extorsion quiconque, sans justification ou excuse raisonnable et avec l’intention d’amener une autre personne à accomplir ou à faire accomplir quelque chose :

  • fait des menaces à une autre personne (en paroles ou en gestes);
  • accuse une autre personne de quelque chose; ou
  • utilise la violence ou la peur à l’endroit d’une autre personne par des paroles ou des gestes (p. ex. en bousculant la personne, en lui criant après, en lançant ou en cassant des objets).

Faites-lui bien comprendre ce qui suit :

  • Il est facile d’enregistrer ce qui se passe durant une session de vidéo en direct; ne faites pas l’erreur de penser qu’il n’y a rien là parce que c’est du direct. S’exhiber en direct devant une caméra n’est pas moins risqué que d’envoyer des photos ou des vidéos de soi.
  • À moins de connaître son interlocuteur, il n’existe aucune façon de vérifier à qui on a affaire.
  • Il est possible de diffuser en direct des images préenregistrées. Par exemple, un adulte pourrait faire passer en temps réel la vidéo d’une adolescente pour faire croire à un jeune qu’il est en communication avec celle-ci alors que ce n’est pas le cas.
  • Il faut se fier à son instinct et être extrêmement prudent. Si, durant une conversation vidéo, l’autre personne n’envoie pas de signal vidéo, c’est peut-être pour cacher son identité (p. ex. « J’ai des problèmes avec ma webcam; c’est pour ça que tu ne me vois pas »).

Rappels aux jeunes

Quoi faire quand on est confronté à de l’extorsion sur Internet :

  1. Contactez immédiatement votre service de police ou faites un signalement à Cyberaide.ca.
  2. Ne cédez pas aux menaces.
  3. Cessez toute forme de communication avec l’individu (bloquez-le sur tous vos comptes).
  4. Désactivez tous les comptes ayant servi à communiquer avec l’individu.
  5. Expliquez la situation à un adulte de confiance.

Les conseils de sécurité et autres renseignements fournis dans le présent article n’ont d’autre but que d’informer le lecteur, non de le conseiller. Il revient au lecteur d’en évaluer le contenu en fonction de sa propre réalité, de l’âge et du degré de maturité de l’enfant à protéger et de tout autre élément pertinent.